Dernières nouvelles

Le CPRK présente son rapport d’activités trimestriel au Conseil de l’ARK

Lundi, le 5 mars 2018
 

Le 28 février, le Service de la sécurité publique de l’Administration régionale Kativik (ARK), qui inclut le CPRK et la Section de la sécurité civile, a présenté son rapport d’activités pour la période de décembre 2017 à février 2018.
La présentation a permis au nouveau directeur de la sécurité publique et chef du CPRK, Jean-Pierre Larose, d’être présenté pour la première fois, après avoir été assermenté en février dernier.

Les conseillers ont échangé avec la direction du CPRK sur l’utilisation d’armes alternatives aux armes à feu, comme les pistolets à impulsion électrique. Dans les prochaines années, l’objectif du CPRK est d’avoir au moins un pistolet Taser et un policier formé pour l’utiliser dans chaque communauté.  

Une autre inquiétude concernait l’enregistrement des armes à feu. Un règlement du gouvernement du Québec a été implémenté pour les utilisateurs d’armes à feu, afin qu’ils enregistrent leurs armes cette année. Le CPRK a suggéré d’aider les Nunavimmiut à enregistrer leurs armes à feu, à les préparer pour cette situation et a exprimé sa préoccupation partagée sur l’impact du règlement sur  la culture Inuit au Nunavik.


De droite à gauche : L'adjoint exécutif et ancien chef du CPRK Michel Martin, le chef adjoint Jean-Guy Lalonde, le chef du CPRK Jean-Pierre Larose et le chef adjoint Benoit Plante.

Le thème du racisme a également été abordé : certaines personnes parleraient derrière le dos d'Inuit dans certaines communautés. En tant que solution, il a été suggéré que les policiers suivent un programme de sensibilisation culturelle, idée supporté par le chef Larose :

« Je ne tolérerai aucune forme de racisme. Nous devrions expliquer la culture Inuit au Nunavik avant d'engager quelqu'un. C'est une très bonne idée que nous devrions réaliser. »


Plusieurs sujets ont aussi été discutés pendant la présentation, tels que :

  • Le renouvellement du financement : une proposition a été soumise aux gouvernements fédéral et provincial;
  • La formation : un policier du CPRK a suivi une formation afin de devenir un expert dans la détection des drogues et pour se préparer à la légalisation du cannabis en 2018. Dans une perspective à long terme, le CPRK souhaite avoir un expert dans chacune des communautés;
  • La réglementation du cannabis : l'ancien chef du CPRK Michel Martin a participé avec d'autres représentants de l'ARK à une commission parlementaire concernant la réglementation du cannabis et ses conséquences pour les communautés autochtones et Inuit. Ils ont exprimé leurs préoccupations, liées notamment à la conduite sous facultés affaiblies par les drogues et les façons de la détecter;
  • Les initiatives de prévention et d'implication du CPRK dans les communautés : le CPRK a présenté les diverses activités auxquelles il était impliqué;
  • Les statistiques liées au crime :
    • Les cas d'agression ont diminué d'environ 6,5% par rapport à 2016 et le nombre de dossiers liés à l'alcool a décru de 15,9%;
    • Les cas d'agressions sexuelles ont augmenté de 13,2% par rapport à 2016 et le nombre de cas liés à l'alcool ont crû de 21,2%;
    • Le nombre de cas de conduites avec facultés affaiblies a augmenté de 4,9% par rapport à 2016;
    • Le nombre de cas d'incidents criminels a diminué de 11,7%, représentant 1 475 moins de dossiers criminels par rapport à 2016.

À la fin de la présentation, la présidente de l'ARK Jennifer Munick a souligné le travail de l'ancien chef de police Michel Martin pour son travail avec le CPRK depuis juin 2015.